Faites des erreurs !! Echouez et vous apprendrez !

Depuis le jour de notre naissance, nous n’avons de cesse de construire notre VIE, seul et en même temps toujours accompagné.

Êtres fragiles et si forts, tout à la fois, nous avons éprouvé cette fragilité dès les premiers moments de notre vie.

Nous oublions vite ces premiers moments où nous avons musclé notre si petit corps pour que notre cou arrive à tenir la tête droite, où nous avons titubé pour apprendre à marcher, où nous avons expérimenté jour après jour pour amener la cuillère jusqu’à notre bouche.

Peu importait à l’époque la réussite de ces actes, l’essentiel étant de continuer encore et encore jusqu’à y arriver.

Adolescent, adulte, nous oublions souvent de quel courage et de quelle ténacité nous sommes faits, combien de fois nous nous sommes relevés, toujours encouragés pour apprendre à marcher, à attraper les choses, à les jeter ensuite 😉.

Dans cette vidéo ci-dessous dénommée « Headway », sur les notes enflammées du violon, testant ses moindres limites, ce corps replié s’ouvrant, se déployant, virevoltant dans les airs de manière impétueuse, majestueuse, à chaque rebond, cherchant en permanence le point d’équilibre jusqu’à la rupture… Sous les grincements de corde, sans la moindre hésitation recommençant même après être tombé.

Ainsi va la VIE ! Cherchant à nous sécuriser en permanence, nous tissons notre filet de sécurité. Filet plus ou moins proche, avec des mailles plus ou moins serrées, qui peuvent jusqu’à nous étouffer, jusqu’à nous empêcher de vivre…

Et pourtant ! Comme il est important de tomber…pour mieux nous relever.

De nos chutes, nous apprenons. De nos rencontres avec les autres êtres, leurs fragilités, leurs forces, différentes et parfois semblables, nous apprenons.

Et si l’on regarde de plus près l’erreur du côté des sciences cognitives, Stanislas Dehaene, psychologue cognitif et neuroscientifique français, Professeur au Collège de France, explique combien le cerveau a besoin de faire des erreurs, d’avoir des incertitudes dans ses connaissances pour apprendre.
« Le cerveau se sert d’un algorithme prédictif avec un retour d’information sous forme d’une erreur de prédiction. Le cerveau utilise des modèles internes pour générer des prédictions sur le monde extérieur. L’apprentissage se déclenche quand le signal d’erreur montre que cette prédiction n’est pas parfaite. Il n’y a donc pas d’apprentissage si tout est parfaitement prévisible, routinisé. Dans le cerveau, se propagent des signaux d’erreur à différents niveaux qui permettent d’ajuster notre modèle interne. Ce signal d’erreur peut venir d’une correction explicite d’une autre personne (enseignant, parent, amis..) ou de la détection endogène d’un décalage entre prédiction du cerveau et observation. »
Et de mon point de vue d’accompagnante en psychopédagogie positive, en hypnose « maïeutique » (qui permet à la personne de trouver à partir d’elle-même), je ne peux qu’encourager les méthodes, les relations, les accompagnements  qui conduisent chacun à détecter par lui-même ces erreurs par auto-correction ou par sa propre prise de conscience. Et également, je ne peux que refuser d’associer erreur et punition. Faire des erreurs est essentiel !!

Alors, comme le disait Samuel Beckett « Vous n’avez jamais cessé d’essayer ? Vous n’avez cessé d’échouer ? Aucune importance ! Réessayez, échouez encore. Échouez mieux.  »

headway

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *